Logo de Turquie Européenne
Accueil > Revue de presse > Archives 2005 > 10 - Articles d’octobre 2005 > La turcophobie fait le lit de l’islamisme !

La turcophobie fait le lit de l’islamisme !

dimanche 30 octobre 2005, par Guy Millière

les4verites.com

dimanche 30 octobre 2005

Comme je m’y attendais, j’ai reçu un courrier assez abondant suite à mon dernier article sur la Turquie. Comme je m’y attendais aussi, ce courrier était turcophobe pour l’essentiel.
On m’y a parlé du siège de Vienne en 1683, de la bataille de Lépante en 1571, de la prise de Constantinople en 1453. Des événements qui ont marqué ce début de xxie siècle en somme ! On m’y a dit que mes « amis les Américains » avaient besoin aujourd’hui de se préserver du péril islamiste et voulaient à cette fin, et pour leurs intérêts égoïstes (bien sûr), voir la Turquie en Europe : ceux qui m’ont dit cela semblaient penser visiblement que les États-Unis font face à un péril islamiste, mais pas les Français...
D’autres m’ont ressorti la vieille ineptie selon laquelle les États-Unis voulaient la Turquie en Europe pour affaiblir l’Europe. N’ont-ils pas remarqué que l’Europe s’affaiblit toute seule et que c’est précisément ce qui préoccupe les Américains ? La question qu’on se pose le plus souvent à Washington aujourd’hui n’est pas : Comment affaiblir l’Europe ? mais : Comment sauver l’Europe du déclin et de la soumission à l’islamisme ?
Plutôt que de reprendre un à un les arguments de mes contradicteurs, je leur conseillerais plutôt de lire beaucoup, pas seulement la presse française, pas essentiellement la presse française, souvent très provinciale, mais aussi la presse britannique (Times, Daily Telegraph, Financial Times, The Economist), la presse italienne (Il Corriere della Serra), la presse américaine, la presse grecque et la presse turque (eh oui, il y a une presse turque !) et d’essayer d’avoir une vision planétaire reposant sur une réelle pluralité d’informations. C’est ce que je fais, et chaque jour, je parcours des journaux des cinq continents. Comme je le fais chaque jour et que c’est mon métier, je peux aussi réaffirmer ce que savent tous ceux qui se donnent les moyens d’avoir une vision planétaire, la seule qui soit pertinente aujourd’hui.
1. L’Union Européenne est en panne et va le rester : il n’y aura pas d’Europe politique et pas d’Europe puissance militaire. L’Europe aujourd’hui est une région économiquement, démographiquement, militairement déclinante. L’Europe se sauvera en synergie avec les États-Unis, seule et unique grande puissance de facto, ou elle deviendra une banlieue croupissante du monde développé.
2. La question de l’islam et du monde musulman sera la question géopolitique essentielle de la première moitié du xxie siècle. Ou bien un islam compatible avec la démocratie croîtra et multipliera, et nous vivrons sur une planète plus sûre pour le droit, la liberté et la prospérité, ou bien le djihadisme continuera à semer le trouble et nous serons tous moins libres et plus pauvres, en Europe en particulier dès lors que le nombre de musulmans vivant en Europe ira inéluctablement croissant.
3. L’islam compatible avec la démocratie se construit en Irak, en Afghanistan, en Indonésie et aussi en Turquie. L’intelligence la plus élémentaire impliquerait de le renforcer et de voir en son renforcement un enjeu pour tous ceux qui se reconnaissent dans les valeurs de la Civilisation. L’attitude française prédominante aujourd’hui est, au mieux, dédaigneuse face à cet enjeu : la France soutient du bout des lèvres la démocratie afghane, n’a rien à faire de la démocratie irakienne et traite la Turquie comme on traitait « l’ennemi héréditaire » germanique voici un siècle.
4. Pour durer, le djihadisme a besoin d’un certain nombre d’ingrédients : l’absence de démocratie en terre d’islam, le maintien de régimes dictatoriaux et corrompus en terre d’islam, le refus de reconnaître qu’une démocratie musulmane peut avoir sa place dans la Civilisation, la marginalisation, enfin, des populations musulmanes dans les pays occidentaux.
L’Europe, la France en particulier, fait son possible pour cultiver tous ces ingrédients. Si j’étais Ben Laden, je financerais les turcophobes européens, les partisans européens des dictatures arabes, ceux qui brandissent des sabres de carton face à « l’envahisseur musulman ». Je comprendrais en effet que tous ces gens travaillent pour la cause du djihad et qu’en rejetant et en méprisant les musulmans en gros et en détail, ils les poussent vers mes bras accueillants. La bêtise a déjà frappé l’Europe plusieurs fois au xxe siècle. La bêtise n’est pas morte.

Télécharger au format PDFTélécharger le texte de l'article au format PDF

Nouveautés sur le Web

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0