Logo de Turquie Européenne
Accueil > Articles > Articles 2012 > 03 - Troisième trimestre 2012 > Turquie : un étudiant en détention pour avoir écrit sur les murs

Turquie : un étudiant en détention pour avoir écrit sur les murs

mercredi 15 août 2012, par Ayça Söylemez, Trad. Aurélien Roulland

Étudiant à l’université, Burak Aykurt a été arrêté alors qu’il écrivait « Non au YÖK [1] », « Longue vie à la fraternité entre les peuples » et « Nous voulons une éducation et des transports gratuits » sur les murs.

Muhammet Burak Aykurt, étudiant à Konya, Université Selçuk , a été arrêté sous l’accusation de « faire de la propagande pour une organisation illégale » à la demande du 3e Tribunal d’Instance de Konya le 9 mai.
Il est accusé d’avoir écrit « Non au YÖK » sur les murs.

JPEG - 14.3 ko
L’étudiant Burak Aykurt

Les autres charges retenus contre lui sont les suivantes :

  • Avoir écrit « Vive la fraternité entre les peuples » sur les murs.
  • Travailler à organiser une réunion -débat sur les chantiers liées à l’énergie hydroélectriques à l’université, et les coups de téléphone passés pour l’organiser.
  • Avoir collé des affichettes adhésives « Nous demandons une éducation et des transports gratuits » sur les murs.
  • Avoir appelé des amis pour aller au concert du groupe « Grup Yorum ». Burak Aykurt est détenu pour ces motifs à la prison de type E de Konya sous l’ accusation de « faire de la propagande pour une organisation illégale » d’après la loi de lutte conte le terrorisme n° 7/2 et d’« être un membre du Parti Révolutionnaire de Libération du Peuple (DHKP-C) selon l’article 314/2 du Code Pénal Turc (TCK)

Durant l’interrogatoire, il s’est révélé que la ligne de téléphone d’Aykurt, 20 ans, a été mise sous écoute durant deux ans .

Aykurt a reconnu avoir écrit « Non au YÖK » et « Vive la fraternité entre les peuples » sur les murs et il n’a pas dénié avoir souhaiter l’éducation gratuite.

Un appel a été déposé le 16 mai sur ces constatations :
« Burak Aykurt » est un étudiant essayant de suivre ses études avec l’argent de poche envoyé par ses parents à la retraite, c’est donc on ne peut plus ordinaire pour lui de demander des transports et une éducation gratuite ».
« Les enquêteurs n’ont pu produire que les écrits sur le mur comme preuve, bien qu’ils aient écouté les appels téléphoniques de Mr Aykurt pendant 2 ans. Ces écrits et ces appels téléphoniques n’établissent pas l’appartenance à une organisation terroriste ou de la propagande pour celle-ci ».

La Cour n’a pas encore répondu à l’appel.

[Ndlr de Turquie Européenne] : Après recherches, et sauf erreurs de notre part, bien que cet article date de fin mai, Burak Aykurt, arrêté en même temps que Sevil Sevimli pour des faits : similaires, est toujours en prison. Nous le publions également afin de mettre en évidence l’acharnement judiciaire et policier dont les étudiants « de gauche » (ou soupçonnés comme tels) sont les cibles en Turquie

Télécharger au format PDFTélécharger le texte de l'article au format PDF

Sources

« Arrested for Writing on the Walls »
Konya - BİA News Center - Mercredi 30 Mai 2012
Traduit de l’anglais par Aurélien Roulland

Notes

[1Littéralement, le Conseil pour la Haute Éducation. Le YÖK est un organisme qui supervise les universités en Turquie, ses fonctions sont définies par les articles 130 et 131 de la Constitution de 1982, instituée après le coup d’état des militaires.

Nouveautés sur le Web

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0