Logo de Turquie Européenne
Accueil > Articles > Articles 2008 > 04 - Quatrième trimestre 2008 > Turquie : rapport Européen sur les négociations d’adhésion

Turquie : rapport Européen sur les négociations d’adhésion

lundi 15 décembre 2008, par Mehmet Akkus, Mehmet Ali Birand

Dernièrement, nous avons rencontré Ria Oomen-Ruijten, rapporteur parlementaire européen pour la Turquie, chargée de rédiger la position du parlement européen sur les négociations. Elle est venue en Turquie afin de compléter son rapport annuel. Ria, comme d’autres Européens, n’est pas optimiste sur la situation en Turquie, elle est même inquiète et pense que la Turquie tend à s’éloigner de l’Europe.

Je trouve que Ria qui croit à l’intégration de la Turquie dans l’UE, a écrit ce rapport avec beaucoup d’objectivité et de réalisme. D’ailleurs, ceux qui se souviennent du rapport de l’année dernière, confirmeront mon jugement. Les eurodéputés vont pouvoir déposer leurs propositions de modification sur le projet de rapport jusqu’au 16 décembre. Le rapport sera ensuite voté en mars à l’Assemblée générale du Parlement européen, tirant ainsi un bilan général de l’année 2008 et en annonçant les attentes pour 2009.

Méfiance de l’Europe à l’égard de l’AKP

Au cours d’un échange que nous avons eu, Ria se demandait pourquoi le gouvernement AKP était devenu aussi sourd aux réformes, pourquoi il avait stoppé aussi brusquement. Elle en arrivait même à se demander si l’AKP n’avait pas renoncé au processus d’intégration. Lors du prochain débat au parlement européen, les eurodéputés expliqueront sûrement le surplace des réformes par une bipolarisation de la société et du monde politique turc, ainsi que par une aggravation des désaccords entre les deux camps. En résumé, on peut dire que la sympathie qu’éprouvait l’Europe envers l’AKP commence sérieusement à s’éroder. Je pense que la rupture entre l’AKP et les libéraux a joué un rôle important.

Une politique étrangère très appréciée

Le rapport de Ria salue aussi la qualité de de la politique étrangère de notre pays . En effet, les efforts faits par la Turquie afin de favoriser la paix au Proche-Orient, le dialogue israélo-palestinien ainsi qu’entre l’Iran et l’Occident, le rapprochement entre la Syrie et Israël et bien sûr la visite du président Gül en Arménie contribuent grandement à contenter les Européens. Ils commencent ainsi à se rendre compte que la Turquie a beaucoup à leur apporter dans ce domaine.

Le DTP et le PKK de plus en plus stigmatisés

Le Parlement Européen, qui à une période nous irritait fortement, commence à revoir sa position vis-à-vis du DTP ( parti démocratique du peuple, pro Kurde) et du PKK. Même s’il existe encore une minorité pour soutenir et voir les membres du PKK comme “des soldats de la liberté” , une grande majorité des Européens soutiennent Ankara dans sa lutte contre le terrorisme. Ria demande ainsi au parti DTP de prendre ses distances avec le PKK. Le parlement européen ne fait plus de lien comme dans le passé, entre le PKK et les droits de l’homme ou bien la liberté d’expression. Bien au contraire, il condamne fermement leurs actions et invite ses responsables à proclamer « un cessez-le-feu immédiat et sans conditions ». Un autre message important est adressé à l’Irak, plus précisément aux autorités qui ont en charge le Nord du pays, pour leur demander de ne plus autoriser les attaques du PKK à partir de leur territoire. En même temps, il est demandé à la Turquie de développer son dialogue avec Barzani et d’être mesuré dans ses frappes aériennes pour ne pas toucher la population civile.

Lorsqu’on regarde le rapport dans sa globalité, on peut dire qu’il est à l’avantage de la Turquie. Seulement les perspectives pour 2009 sont bien inquiétantes.

Les élections municipales : derniers espoirs

Les élections municipales de mars donneront un tournant décisif aux relations Turquie-UE. Soit le processus d’intégration reprendra de plus belle, soit il finira dans un cul-de-sac pour finir par y être complètement oublié.

Je pense que l’approche de ces élections peut expliquer le ralentissement des réformes. Seulement voilà, si après cette échéance, l’AKP continue encore à traîner des pieds, cela signifiera que ce parti a complètement renoncé à l’UE.

— -

- Sur le même sujet : éditorial de Marillac

Télécharger au format PDFTélécharger le texte de l'article au format PDF

Sources

Source : Posta, le 4 Décembre 2008

- Traduction pour TE : Mehmet Akkuş

Nouveautés sur le Web

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0