Logo de Turquie Européenne
Accueil > Articles > Articles 2008 > 01 - Premier trimestre 2008 > Turquie : dans les prisons de type F, une amélioration des droits de (...)

Turquie : dans les prisons de type F, une amélioration des droits de l’homme

jeudi 3 janvier 2008, par Ercan Yavuz

Les conditions régnant dans les prisons de haute sécurité ― connues en Turquie sous le nom de prison de type F, et qui ont suscité, naguère, beaucoup de protestations au nom des droits de l’homme ― ont permis des améliorations significatives, d’après les rapports établis par le ministère de la justice, puisqu’aucune plainte pour torture ou mauvais traitements n’a été déposée au cours des cinq dernières années.

Selon une récente étude menée par le ministère de la justice sur les demandes faites par les 4 966 détenus des 13 prisons de type F, le nombre de plaintes déposées par ces prisonniers ont beaucoup diminué par rapport à d’autres types d’établissements pénitentiaires. En outre, la nature de leurs revendications a changé. Autrefois, de nombreuses plaintes pour torture et mauvais traitements étaient déposées, et ces prisons de haute sécurité devaient alimenter les critiques pour non respect des exigences posées par l’Union européenne. Maintenant, les détenus de ces prisons déposent des demandes pour les besoins humains.

L’enquête sur les plaintes les plus fréquemment déposées indique que les détenus ne peuvent utiliser les espaces communs que pour deux heures par semaine, contre dix heures prévues initialement, le ministère de la Justice a enjoint la Direction générale des prisons et maisons de détention d’appliquer les normes internationalement acceptées sur l’utilisation des espaces communs. Par ailleurs, des modifications ont été apportées aux repas servis aux détenus, qui se plaignaient d’une qualité et d’une variété insuffisante de leur nourriture.

Dans son rapport sur les prisons de type F, le ministère montre que la Turquie récolte les fruits de sa mise en œuvre des critères politiques de Copenhague. Auparavant, les détenus de ces prisons se plaignaient à la commission parlementaire des Droits de l’homme qu’ils n’étaient pas autorisés à envoyer des livres traduits en kurde. L’administration pénitentiaire a commencé à autoriser les traductions, pour les qui ne sont pas censés être utilisés dans les activités du PKK. Le ministère a pris des mesures pour atténuer les plaintes à ce sujet.

Les demandes formulées par les femmes incarcérées, montrent, elles aussi, une amélioration considérable des conditions dans les prisons de type F. Autrefois, les femmes détenues se plaignaient de ce que certains de leurs biens déposés ne leur étaient pas restitués, de ce qu’ils n’y avaient pas d’agents de nettoyage pour faire la lessive, ou pas de pots pour préparer la nourriture de leur bébé.

Une plainte commune à la fois des femmes et des hommes a concerné le service des couverts en plastique. Les détenus se sont félicités de pouvoir regarder trente-six chaînes de télévision. Les prisonniers, qui dans le passé avaient organisé des contre les cellules individuelles, s’y sont finalement adaptés et ne manifestent aucune préoccupation à cet égard.

Bien que les cellules individuelles possèdent des commodités telles qu’un téléviseur, un réfrigérateur et des toilettes, que les détenus aient droit à dix minutes de conversation par semaine et une heure de visite familiale par mois, ils ont demandé un allongement de ces visites, ce que le ministère de la Justice paraît considérer avec bienveillance.

Télécharger au format PDFTélécharger le texte de l'article au format PDF

Sources

Source : « Zaman », 11 décembre 2007

http://www.todayszaman.com/tz-web/d...

Traduction pour TE : MG

Nouveautés sur le Web

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0