Logo de Turquie Européenne
Accueil > Editoriaux > Turquie : enfin 1905 !!!

Turquie : enfin 1905 !!!

mercredi 29 août 2007, par Baskın Oran

Le 2 mai dernier, Turquie Européenne faisait paraître cette tribune de Baskin Oran à propos de la probable élection de M. Gül à la Présidence de la République turque. Propos bien vite oubliés après la crise politique survenue juste après. Après la victoire de son parti, l’AKP, lors des législatives du 22 juillet dernier, il a finalement été élu hier au troisième tour de scrutin par l’Assemblée Nationale turque.
La rédaction de TE a décidé de republier cet article vite oublié sous les remous de la crise. Baskin Oran l’a complété de quelques notes plus « actuelles ».

JPEG - 25.5 ko

Vous connaissez mon grand ami Ahmet (un cousin de Feyhan, ma compagne) qui vit à Bodrum. On s’entend comme larrons en foire sur tous les sujets, c’est bien connu. Sauf sur les thèmes récurrents concernant la Turquie, bien sûr.

Hier soir, il s’en est encore pris à moi :
« Bon sang ! Que Dieu préserve le peuple des intellectuels de ton espèce ! Un de ces jours, je te jure, c’est moi qui vais te tirer dessus et on sera sauvés tous les deux ! Quel genre de prof tu es ? Tout le monde est anti-PKK, toi, t’es pro-kurde. Tout le monde parle du problème arménien en adoptant bien entendu le point de vue turc, toi, t’es pro-arménien. Comme la plupart des gens sont pro-républicains, toi, tu passes tout de suite dans le camp adverse. Les gens commencent à te connaître. Y en a qui se moquent. Aujourd’hui, quelqu’un m’a dit au téléphone : ton beau-frère, il fait vraiment partie de ceux-là. Ils te connaissent maintenant. »
Il continue sur sa lancée : « Donc, moi aussi, en voyant la vérité, je vais demander à ma femme de mettre le turban ? Va te faire ... ! Comment tu peux défendre des opinions pareilles ? Je te jure, si tu écris ces idées-là, je vais avoir honte de sortir dans la rue. Je me baladerai plus avec toi à Bodrum. Les gens vont te huer ! »
Bref, il en conclut : « T’es masoschiste ! »

Eh bien, qu’ils me huent ou qu’ils aillent plus loin, je suis né comme ça, je n’y peux rien. Bien sûr, pour moi, la punition la pire, ce serait de devoir me balader à Bodrum sans mon Ahmet. Mais qu’il ne m’en veuille pas et vous non plus, oui, il y a un peu de masoschisme chez moi, même en tenant compte de cette menace, je veux quand même montrer la satisfaction que j’éprouve devant la proclamation de la candidature d’Abdullah Gül à la Présidence de la République.



Pourquoi ? Gül serait-il mon frére ? Je ne le crois pas !. Est-ce que je suis un fervent croyant ? Ne me faites pas parler là-dessus... Est-ce que ça me plaît de me faire engueuler ? Non, mais on prétend que je préfère engueuler.
Alors, pourquoi est-ce que je suis satisfait ?

Parce que de cette façon, la Turquie va enfin entrer dans son année 1905, voilà la raison.
En 1905, en France, on a assisté à la fin de la « laïcité intransigeante de confrontation » et au début de la « laïcité conciliante de compromis ». Ce serait trop long d’en expliquer les raisons maintenant ; à partir de cette date, Marianne, symbole de la France, et Marie, symbole de l’Eglise, se sont réconciliées. En conséquence, avec le temps, les « deux France » se sont mutuellement apprivoisées. (Pierre BRÉCHON, « Institution de la laïcité et déchristianisation de la société française », Jean-Paul Burdy, Jean Marcou, « Laïcité/Laiklik : Introduction »
in Cemoti, n° 19 juin 1995 – « Laïcité(s) en France et en Turquie »).


Personnellement, depuis le tout début, j’ai estimé que la candidature de Recep Tayyip Erdogan (RTE) à la présidence de la République serait nuisible et donc peu raisonnable. Deux raisons à cela :

1) RTE est prêt à l’affrontement. Un tel homme ne peut pas devenir président.

2) Comme l’a aussi montré clairement le meeting du 14 mai, il a abreuvé d’une façon incroyable ceux qui lui faisaient face, et en particulier Deniz Baykal. Il les a enchaînés les uns aux autres. (Maintenant, Baykal n’a plus de breuvage. Il ne pourra se consoler qu’en disant : « L’important, c’est que nous n’avons pas laissé passer RTE ! » De toute façon, il n’a jamais eu rien à dire. Avez-vous déjà entendu Baykal faire autre chose que de polémiquer, l’avez-vous entendu énoncer un programme quelconque ?)

La candidature de RTE était tellement peu raisonnable qu’à partir d’un certain point, il fallait s’attendre, raisonnablement, à ce qu’il y renonce.

Puisque le nouveau candidat devait provenir des députés de l’AKP, j’avais deux favoris : Abdüllatif Şener et Abdullah Gül (je préférais même le premier car c’était plus incongru).

Deux raisons à cela : 1) Tous les deux, contrairement à RTE, sont des hommes souriants et conciliateurs.

2) Et puis, accrochez-vous : tous les deux ont une femme voilée. Car désormais, en Turquie, il est nécessaire que l’Etat et la Religion se réconcilient.

La situation actuelle ne pouvait absolument pas continuer ainsi. Une partie de la population pense que si nous avons un président dont la femme est voilée, le monde va s’écrouler sur nos têtes. C’est ça, les tabous. Eh bien, nous allons avoir un tel président et le monde ne va pas s’écrouler. Ainsi, le tabou va être ébranlé. Ces gens vont alors être ébranlés et vont se sentir obligés de s’accorder. La personnalité conciliatrice de Gül sera importante pour un passage en douceur.

Même ce que vous conservez au congélateur à moins 18° ne dure pas plus de six mois. Depuis 75 ans, ce pays a été gouverné dans l’idée que rien ne change, ne changera et ne doit changer ; est-ce concevable ?
Maintenant, avec le temps, les « deux Turquie » vont s’apprivoiser. L’Etat va respecter l’identité religieuse des « croyants » et ces derniers vont se conformer aux règles du système. De toute façon, en ce moment même, les épouses voilées font du jogging dans des survêtements flamboyants sur mon propre parcours, ou promènent leurs chiens. Le pouvoir apprivoise tellement de soi-même qu’eux non plus n’ont pas échappé à l’embourgeoisement.

La Turquie est entrée dans son année 1905 ; toutes mes félicitations. Que les Kurdes en prennent de la graine pour leur propre 1905.



Au fait, comment le monde peut-il s’écrouler sur nos têtes ? Dans deux circonstances :

1) Si Gül, gouvernant dans le sillage de RTE, n’agit pas avec impartialité ;

2) Si Gül, dans ses réceptions à Çankaya, refuse de servir de l’alcool à ses invités (ce sera là le véritable test pH de la solution AKP à la Présidence de la République).
Mais je ne peux pas croire que l’on ait perdu tout bon sens à ce point. Ces comportements de petits provinciaux ont coûté cher à l’AKP tout récemment.
Dans tous les cas, Gül se trouve dans une position bien plus importante que tous les présidents que nous avons eus. Il peut faire fleurir la Turquie tout comme il peut la faire flétrir.



Imaginons l’impensable : « Et si les Islamistes qui, selon toi, ont 8 à 10 % des voix, qui ont changé, qui se sont embourgeoisés, décidaient de faire porter le voile à nos femmes ? »

Dans ce cas, la lutte que je mène contre ceux qui veulent appliquer le kémalisme de 1930 dans les années 2000, je la mènerai avec une violence multipliée par 1 million contre eux. Nous la mènerons, cette lutte. Croyez-moi, c’est encore plus facile. On ne peut pas gouverner le pays avec des anectodes du genre suivant : «  « Et si jamais ça lui perce l’œil ? ». Mais ne me demandez pas de vous expliquer le sens de cette blague un peu légère ; demandez-le plutôt à l’un de vos amis turcs.

-  Traduction pour TE : Sebahat Erol


ET VOICI CE QUE J’AJOUTE MAINTENANT :

J’avais publié cet article en avril dernier au moment où Abdullah Gül avait annoncé sa candidature avant que ne lui fasse vite regretter de l’avoir fait. Le voilà aujourd’hui installé dans son fauteuil de Président. Je rajouterai les remarques suivantes :

1) La Turquie se porte bien : il suffira que les gens se rendent compte que l’un des nombreux tabous qui nous occupent est en train de s’effondrer pour que tous les autres suivent comme un château de cartes. N’est-ce pas cela précisément qui affolent les conservateurs ?

2) C’est un triste tableau que nous avons aujourd’hui devant les yeux en Turquie : hier « religieux » et Kurdes étaient repoussés en dehors du système. Aujourd’hui, ce sont les membres du CHP (Parti Républicain du Peuple), ceux des forces armées et les représentants du Conseil de l’Enseignement Supérieur qui ont boycotté la cérémonie de prise de fonction du nouveau Président de la République. Renversement de situation : tous ceux qui hier cherchaient à maintenir les autres en dehors du système se sont eux-mêmes marginalisés.

« Le pouvoir change de mains pour la seconde fois »

3) Je l’ai déjà dit et écrit des centaines de fois. Mais cela peut être utile de le répéter : c’est la seconde fois dans l’histoire de la Turquie (je ne compte pas 1950) que le pouvoir change de mains. En 1923, ce sont les Ottomans réactionnaires et conservateurs qui pour être restés accrochés à l’idée d’empire ont dû quitter la scène alors que les remplaçaient des intellectuels d’une petite bourgeoisie occidentalisée et dynamique, les kémalistes.

Aujourd’hui en 2007, ce sont les kémalistes (laïques / laïcistes) qui pour être restés accrochés littéralement à 1923 au point d’en être devenus des conservateurs voire des réactionnaires qui s’effacent au profit d’une petite bourgeoisie provinciale (les « religieux » / « islamistes ») dynamique (et pardonnez-moi, occidentalisée) qui n’est autre que le produit de la dynamique lancée en 1923.

Le premier changement de pouvoir fut une très bonne chose : nous sommes ainsi passés d’un Empire fatigué et dépassé aux structures d’un Etat-nation moderne. Le second changement sera tout aussi pertinent : nous sommes en train de passer d’un Etat-nation épuisé parce que refusant de reconnaître les (infra)identités diverses des individus à un Etat démocratique embrassant et respectant les (infra)identités de chacun.

Que ceux qui nous quittent ne s’inquiètent pas outre mesure : ce progrès ne portera pas atteinte au principe de base de la République qu’est la laïcité. Il ne fera que le rendre à son sens fondamental : il cessera de s’intéresser aux croyances de chacun pour se maintenir à égale distance de toutes les croyances.

A tous ceux qui prétendent que l’AKP « a recouvert les têtes de ses femmes. Il recouvrira celle des nôtres » je ne sais pas si ce sera suffisant mais je peux dire cela : si l’AKP est islamiste, ses voix ne dépassent pas 8% (et d’ailleurs le Saadet, l’ancien parti islamiste n’a récolté que 2%). Or l’AKP a recueilli 47 % des suffrages. Ce qui contraint l’AKP à être et rester un parti du centre ce sont ces 39 autres %. Et cela ne peut que se confirmer au fil du temps.

Et si malgré tout cela ne suffisait pas à rassurer les conservateurs, alors je me permettrais de décrire une caricature dessinée en son temps pour le simple plaisir de la blague mais qui selon moi exprime bien ce que peut être le pouvoir de l’arc-en-ciel :

- Premièr carré : un groupe d’hommes sous un arc-en-ciel.
- Second carré : l’un d’eux se lance et passe en courant sous l’arc-en-ciel. Naturellement, il se transforme en femme nue.
- Troisième carré : les yeux des autres s’illuminent et il se lancent à la poursuite de la femme.
- Quatrième carré : ils se transforment tous en femmes nues.

Et si cela ne vous dit encore rien, et si vous continuez à me lancer des « et si nous nous faisions iraniser !!! », c’est que décidément, vous n’avez aucune envie de comprendre, cher ami. Votre docteur a dû vous dire que vous pouviez manger tout ce que vous vouliez. Sincères salutations.

Télécharger au format PDFTélécharger le texte de l'article au format PDF

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0