Logo de Turquie Européenne
Accueil > Agenda > Sarkis au Centre Pompidou (Paris) jusqu en juin.

Sarkis au Centre Pompidou (Paris) jusqu en juin.

vendredi 5 mars 2010, par Açikçay

Le Centre Pompidou donne carte blanche à Sarkis pour investir ses espaces dans le cadre d’une exposition/intervention inédite et exceptionnelle. Une manifestation à ne pas manquer.

Des salles du Musée au Forum, de la Bibliothèque publique d’information à l’Atelier des enfants, de la Bibliothèque Kandinsky à l’Atelier Brancusi, l’exposition présente une série d’œuvres récentes ou créées pour l’occasion, mises en place progressivement, à partir du 10 février. L’Atelier Brancusi, la Bibliothèque publique d’information, la Bibliothèque Kandinsky et le Musée (niveau 4) ouvrent ce parcours. Puis à partir du mois d’avril, l’exposition poursuit son déploiement au niveau 5 du Musée avant de s’installer au niveau -1 du Forum...

A Sarkis, donc, tout le loisir de s’approprier le territoire du Centre Pompidou et d’entrer en dialogue avec les œuvres et les salles du Musée. Depuis plus de 35 ans, Sarkis imagine des mises en scène construites à partir d’histoires empruntées autant Œuvre de Sarkis à la mémoire des lieux qu’à la sienne, puisant dans son « trésor de guerre » (collecte d’objets quotidiens, d’objets d’art et ethnographiques, d’images...), un leitmotiv qui traverse son œuvre depuis 1976. Alliant notamment le néon, la vidéo, la photographie, l’aquarelle, et divers matériaux (plastiline, verre, eau...), Sarkis « dissémine » ses installations, selon une stratégie d’infiltration dans une volonté d’atemporalité et d’éclatement de l’espace qui lui est propre.

« In-situables », ces œuvres entrent en résonance avec les différents espaces où elles s’invitent. Ainsi les objets de « La vitrine des innocents » (2005-2007), entretiennent un rapport étroit avec ceux du « Mur de l’atelier » (1922 à 1966). Les croix lumineuses de la maquette de l’atelier de Sarkis,« Conversations entre Joraï et mon Atelier » (2001-2002) côtoieront les œuvres de Kasimir Malevitch. Avec « Le printemps et la nuit » (2000-2002) et celui du « Sommeil abandonné » (2002), le feutre de grands vêtements sera placé en résonance avec « Plight » (1985), la célèbre installation de Joseph Beuys. Joseph Beuys qui demeure l’une des trois figures tutélaires de l’artiste, avec l’historien d’art Aby Warburg et le cinéaste russe Andreï Tarkovski. Dans le forum, Sarkis entre en « conversation » avec ce dernier à travers la série d’aquarelles « D’après Stalker » (1989) présentée dans « La Chambre », une installation conçue pour l’exposition.

http://www.centrepompidou.fr


BIOGRAPHIE

Sarkis, de son vrai nom Zabunyan, est né à Istanbul en 1938 dans une famille d’origine arménienne. Son père est boucher, sa mère femme au foyer. Etudiant au lycée français Saint-Michel, il obtient une licence à l’université de Mimar Sinan. Fasciné par « Le Cri » de Edvard Munch, il décide à seize ans de devenir peintre.
Il commence à exposer des gouaches obscures hantées de figures à peine visibles. En 1962, avec sa femme Isil Akyuz, étudiante en philosophie de l’université d’Ankara, il émigre en France et décide d’utiliser son nom chrétien, Sarkis, dans sa vie artistique, pratique des collages et des peintures à base d’images d’actualité sur la Chine, l’Union soviétique, la Turquie, la Grèce…Ces œuvres lui valent en 1967 le prix de Peinture de la Biennale de Paris.
Figure majeure de l’art conceptuel depuis les années 1980, Sarkis retourne souvent en Turquie afin d’exposer son travail. Il a participé notamment à la Biennale d’Istanbul. En dehors de la France et de la Turquie, l’œuvre de Sarkis est reconnue et exposée dans monde entier, au États-Unis, en l’Allemagne, au Canada, en l’Australie, en Chine, au Japon, au Mexique ou encore au Brésil.

Télécharger au format PDFTélécharger le texte de l'article au format PDF

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0